Deux assurances, un destin - Blog de Dialogue & Démocratie Suisse - DIALOGUE & DEMOCRATIE SUISSE

Dialogue & Démocratie Suisse
Aller au contenu

Menu principal :

Deux assurances, un destin

DIALOGUE & DEMOCRATIE SUISSE
Publié par dans Politique ·
Deux assurances, un destin

L’AVS et de la prévoyance professionnelle sont complémentaires

Le débat autour de l’initiative AVSplus aura eu le mérite de rappeler le fonctionnement de notre prévoyance vieillesse et le rôle de ses trois piliers. Dans cette campagne, la gauche a sans cesse reproché à la droite de vouloir noircir les perspectives financières de l’AVS. Mais de son côté, elle n’a pas manqué de relever systématiquement les difficultés du 2e pilier liées aux rendements bas des marchés des capitaux.
Or, opposer les deux piliers est une fausse piste. Contrairement aux idées reçues, les financements de
l’AVS et de la prévoyance professionnelle ne sont pas indépendants l’un de l’autre. Ils sont au contraire
soumis aux mêmes défis économiques.
Pour compenser l’évolution démographique le financement de l’AVS nécessite une augmentation de la
masse salariale.

Les salaires sous pression

Si à première vue, les taux bas touchent d’abord le 2e pilier, il serait faux de croire l’AVS immunisée
contre ce fléau. Pour compenser l’évolution démographique – soit un nombre croissant de retraités par
rapport au nombre d’actifs cotisants – le financement de l’AVS nécessite une augmentation de la masse
salariale. Les projections de l’Office fédéral des assurances sociales assument une hausse réelle des salaires
de 0,9% par an et une part toujours croissante des secteurs économiques à haute valeur ajoutée. Or, tout
miser sur l’AVS, c’est ignorer les causes des taux d’intérêt bas et surtout ne pas anticiper leurs
conséquences sur les salaires.
En effet, la baisse des rendements réels sur les marchés des capitaux reflète une baisse de la croissance
économique, exprimée par exemple en pourcentage du PIB (Produit intérieur brut). De façon simplifiée,
le PIB constitue la somme des salaires et des dividendes payés en Suisse. La part du PIB versée sous
forme de salaire ou de dividendes découle des différences d’utilisation des deux facteurs de production
que sont le travail et le capital.
En Suisse, emprunter du capital ne coûte presque plus rien depuis que la BNS a introduit des taux
négatifs. Le travail, lui, avec notre niveau de vie élevé, est coûteux. Dans un tel environnement, il faut
s’attendre à un déplacement accru de l’activité économique vers toujours plus d’automatisation (dû au
capital bon marché) et de moins en moins de travail, relativement cher.
Dans ce contexte, les fruits de la croissance devront toujours plus récompenser le facteur de production
« capital » et toujours moins celui du « travail ». Si les taux de croissance restent faibles et que l’importance
du capital augmente, une hausse des salaires réels de 0,9% sur l’ensemble de l’économie est peu probable.
Or, sans cette augmentation des salaires, mais avec la poursuite de l’évolution démographique, le
financement de l’AVS sera mis à rude épreuve.

Diversification du risque

Si la croissance économique réelle reste basse voire diminue encore, les taux de rendement, et à terme les salaires, vont baisser, affaiblissant ainsi le financement du 1er comme celui du 2e pilier. Les mécanismes de transmission d’un ralentissement économique restent toutefois différents pour les deux assurances sociales et permettent ainsi de lisser leurs revenus combinés. Les marchés des capitaux sont volatils et touchent immédiatement les bilans des caisses de pension, à la baisse comme à la hausse. Les salaires sont plus stables, leur ajustement vers le bas étant difficile pour des personnes en emploi. Ils peuvent surtout être renégociés à la baisse lors d’une nouvelle embauche. Conscients de cette asymétrie, les employeurs relèvent de façon prudente les salaires lors d’une reprise économique.
Un financement combiné par répartition et par capitalisation assure également une diversification
géographique des risques économiques. L’AVS dépend avant tout de la conjoncture suisse qui détermine
l’évolution des salaires et donc des cotisations. En revanche, le 2e pilier investit dans le monde entier. Cela constitue par exemple un risque si l’économie européenne peine plus, une chance si certains pays
émergents peinent moins que le marché suisse.
Ainsi, miser fortement sur le 1er au lieu du 2e pilier est une fausse bonne idée. Non seulement, cela ne
permettrait pas d’échapper à la problématique des taux de rendement bas, car les causes de ces derniers
auront aussi à terme une incidence sur le financement de l’AVS. Et dans le domaine de la prévoyance,
c’est le long terme qui compte. Non, renforcer un pilier au détriment d’un autre signifierait aussi renoncer
à la diversification des flux financiers et des risques géographiques qui caractérise notre prévoyance
vieillesse et lui confère plus de stabilité.

Source : Avenir Suisse – Jérôme Cosandey – 1er décembre 2016



Aucun commentaire


Retourner au contenu | Retourner au menu