Mandat N° 4 - Laïcité - La tolérance n’est pas l’égalité, elle peut même fonder l’inégalité - DIALOGUE & DEMOCRATIE SUISSE

Dialogue & Démocratie Suisse
Aller au contenu

Menu principal :

Mandat N° 4 - Laïcité - La tolérance n’est pas l’égalité, elle peut même fonder l’inégalité

Ateliers > Ethique et institution

Commission Ethique / Institution / Mandat N° 4 / Chantiers

La tolérance n’est pas l’égalité, elle peut même fonder l’inégalité

Une pétition pour la tolérance n’a recueilli qu’un millier de signatures. Est-ce parce que les Algériens sont intolérants ? Manquent-ils de courage pour divulguer leur opinion ? Ou est-ce, parce qu’après avoir résisté héroïquement à l’islamisme en armes qui a exprimé l’intolérance à son paroxysme ils se réservent pour une critique plus fondamentale de l’intolérance, la séparation du politique et du religieux ?

Par ailleurs, pendant 132 ans de colonialisme, il y a eu très peu de conversion au christianisme. Alors pourquoi agiter l’évangélisation aujourd’hui ? Ne veut-on pas, en réalité, stigmatiser les tenants d’un Etat moderne, démocratique et laïque ? Les Algériens ont certainement le sentiment de la tolérance, il y a déjà un président pour ça. Le président de la réconciliation n’est-il pas celui de la tolérance ? Ne sont-ils pas dans une posture de défiance vis-à-vis d’un mythe, celui qui lie réconciliation et tolérance ? Dans ses efforts de promotion de la réconciliation avec l’islamisme, le président Bouteflika a toujours mis en avant, comme lors du colloque organisé par l’ONVT, le fait que « l’Islam est une religion de paix et de tolérance qui respecte les droits de l’homme ». A l’Unesco, Bouteflika parlait de « semer les valeurs de tolérance ». Au 11e sommet de l’OCI, il dénonçait « la violence terroriste, qui, se prévalant de l’Islam, en dénature le message de paix et de tolérance ». La tolérance que défendent les pétitionnaires est-elle différente de celle du Président qui – en son nom - exigeait des femmes en minijupe et qui fument de respecter les égorgeurs islamistes descendus du maquis.

Au final, cette pétition donne à Bouteflika l’opportunité de relancer sa réconciliation et de diviser le camp du changement. Les Algériens ont refusé de lui offrir une telle occasion parce que derrière sa tolérance et sa réconciliation se cache une forme de despotisme qui permet au président de prétendre se hisser au dessus des contradictions. Sommes-nous en train de pinailler sur les mots ? L’opposition entre tolérance et séparation du politique et du religieux a fait l’objet de débats illustres. C’est contre cette tolérance que Spinoza, dans le Traité théologico-politique va poser le principe de la séparation radicale du politique et du théologique. C’est ce qui fondera la différence entre Voltaire qui rédigera son Traité de tolérance et Rousseau auteur du Contrat social. Après avoir fait l’apologie de la tolérance entre religions, John Locke, inspirateur de la conception anglo-saxone de la démocratie ajoute : « Ceux qui nient l’existence de Dieu, ne doivent pas être tolérés »... Voilà la limite de la tolérance. En effet, quand on tolère, on établit une hiérarchie des idées. Apanage des dominants, la tolérance se trouve à l’origine d’une liberté aléatoire qui peut être abrogée. Ainsi en a-t-il été de l’Edit de tolérance ou Edit de Nantes. Tolérer, c’est accorder des faveurs qu’on s’autorise à reprendre. C’est passer de l’encensement de Saint Augustin à la dénonciation de l’évangélisation. Cela peut devenir une forme sublimée d’arbitraire et de mépris culturel. Pas étonnant alors que Belkhadem rappelle, lors d’un colloque sur la tariqa tidjania, que « les musulmans ont toujours fait preuve de tolérance et ont protégé les chrétiens et les juifs après la chute de Grenade ». Pour lui, cela n’a qu’un sens, celui qui tolère contrôle et fixe les limites. Mais la liberté avec des limites, c’est la liberté surveillée. Il paraît donc paradoxal que dans la même pétition, on puisse se réclamer de la tolérance et des libertés. En fait, la tolérance, c’est le respect de la diversité, selon le principe de liberté, alors que la laïcité est le respect du pluralisme en accord avec le principe d’égalité. La laïcité donne une dimension politique et juridique à la tolérance. C’est la liberté de conscience et l’égalité en droit et dignité de toutes les convictions, pas seulement entre religions. En dernière instance, la tolérance qui règne dans la société civile et dans l’espace de la vie privée, lieux d’exercice des libertés, a pour condition et pour garantie la laïcité à laquelle se soumet la sphère publique fondatrice du droit et des libertés.

La tolérance, un gage à l’islamisme

La tolérance existe dans la société civile, tandis que la laïcité permet de fonder l’association politique en dehors de toute référence de croyance. Ce qui fait écrire à Jean Daniel : « Avec la tolérance, on installe des communautés. Avec la laïcité, on construit une nation. » La laïcité fonde un modèle politique basé sur la suspension du lien communautaire qui rend concevable la constitution du lien politique et la citoyenneté. La tolérance renvoie quant à elle à deux types d’attitudes qui se nourrissent l’une l’autre, en niant la citoyenneté. D’abord celle de Qaradawi, promoteur de la réconciliation qui pour blanchir l’islamisme, désigne comme boucs émissaires terroristes « les kharidjites ». La conséquence d’une telle stigmatisation est d’alimenter des conflits comme celui de Berriane. L’autre est celle de Ferhat Mehenni, qui déclarait à France Soir que les kabyles « sont maudits pour leur particularisme religieux fait de tolérance, de liberté de conscience et de laïcité ».


Au moment où certains tentent de renouer avec la vieille accusation de « fils de pères blancs », le tenant de l’autonomie de la Kabylie met en avant un nouveau particularisme. Sa thèse ne semble pas plus crédible que celle de Zerhouni qui, voulant ghettoïser la protestation du printemps noir, voyait dans la région le foyer de l’émeute, avant que la plupart des APC du pays ne connaissent des mouvements de contestation. De même, lors des dernières législatives, le ministre de l’Intérieur avouera un taux de participation nationale de seulement 36%, reconnaissant du même coup que, contrairement à ce qu’il affirmait en parlant d’une sociologie électorale particulière en Kabylie pour expliquer le boycott massif de la charte sur la paix et la réconciliation, la région ne votait pas à l’instar du reste du pays. La tolérance et les ghettos communautaires vont ensemble. Une société fractionnée. N’est-ce pas le rêve néolibéral, celui de Bush en Irak, pour empêcher l’avancée des idées et des forces du progrès ? La tolérance relève d’un droit à la différence, alors qu’il s’agit à travers la séparation du politique et du religieux d’aller vers l’universel et la citoyenneté par delà les différences, comme en a porté la revendication le mouvement qui s’est dressé à la mort de Massinissa Guermah. C’est pourquoi, les Algériens qui tentent d’échapper aux limites du communautarisme, ne se comptent pas uniquement en Kabylie ou dans les élites éclairées de ce pays, mais aussi parmi ces jeunes harraga partant de toutes les régions risquant leur vie pour traverser la Méditerranée, fuyant l’absence de citoyenneté autant que les inégalités socioéconomiques. La tolérance peut devenir un piège pour liquider le projet d’une Algérie moderne, démocratique et laïque.

Il y a bien un lien entre ceux qui se revendiquent de la tolérance tout en dénonçant l’évangélisation et ceux qui se revendiquent à la fois de la tolérance et des libertés. Ils ne souhaitent pas remettre en cause la politique néolibérale et l’orientation de fond de la réconciliation nationale, ils veulent, au mieux, en atténuer les effets les plus négatifs, pour permettre d’approfondir le compromis avec l’islamisme et affermir les intérêts du capital financier. Dans un tel projet, la tolérance est un cheval de Troie, pour ceux qui se préparent à investir le champ politique et une éventuelle conférence nationale. Hier, on a voulu jouer avec l’Islam politique au nom de la démocratie, aujourd’hui, on s’y prépare au nom de la tolérance. Ceux qui étaient pour l’arrêt du processus électoraliste biaisé, étaient accusés d’être contre la souveraineté du peuple, demain on dénoncera l’intolérance de ceux qui rejettent la présence de l’islamisme. C’est une manière de préparer l’opinion, un peu comme la trêve « unilatérale » de l’AIS annonçait la réconciliation.

Pour faire accepter les reculs à venir, on brouille les notions, en incriminant, par avance, ceux qui ne seraient pas tolérants envers l’islamisme.comme on a dénigré ceux qui n’étaient pas pour l’amnistie en les accusant d’être contre la paix. Déjà, Abassi Madani se dit prêt à s’asseoir à une table avec les communistes et les nationalistes. Pourtant, même Ali Belhadj n’en demande pas tant et accepte l’idée d’une conférence où Hamrouche, Taleb lbrahimi, Aït Ahmed et Mehri se feraient ses porte-voix. Il peut ainsi dire que lui est tolérant, qu’il n’est pas comme les tenants du pouvoir qui restent fermés et qui refusent d’accepter ce que lui accepte, par exemple une transition. Finalement, la tolérance est l’outil qu’utilise le camp hétéroclite des adversaires de la laïcité pour arriver à ses fins... le retour de l’islamisme radical dans le « jeu politique ». Après les attaques de Bouteflika qui opposait deux extrémismes, l’un islamiste et l’autre laïque, on vise la ruine définitive de la résistance à l’intégrisme, qui restera bientôt seule coupable... d’intolérance. Il n’y a qu’à voir la conception de la tolérance que se font certains signataires de la pétition. Les uns se sont rendus à San Egidio pour trouver un compromis avec l’islamisme, d’autres ont accueilli Ali Belhadj lors d’un meeting durant la campagne des dernières législatives.

Pour un pacte républicain

Dans un texte polémique intitulé « Voir Rome et laisser mourir » Hachemi Chérif écrivait : « Ce que nous sommes en droit de reprocher à S. Hadjerès et à M. Hamrouche, c’est que plus ils disent l’intégrisme incontournable, plus ils contribuent eux-mêmes à en faire une donnée incontournahle. Ils sont, comme tant d’autres, des porteurs d’eau, des sherpas de l’intégrisme. » N’est-ce pas ce que sont aujourd’hui les tenants de la tolérance ? Ou ceux qui, en disant « non à la constitutionnalisation de l’autoritarisme », se proposent, comme Benbitour, de concrétiser un « programme d’ouverture politique » (en direction de qui ?), une libéralisation qui nierait l’exigence d’une démocratisation de l’Etat et de la société, porteuse de rupture avec l’islamisme. Quand on prend comme modèle de « régimes adéquats », le Chili de Pinochet et la Corée du Sud, on ne peut envisager qu’une transition sous tutelle, lestée de l’islamisme. Quant à ceux qui à San Egidio ont reconnu la suprématie de la charia, ne défendent-ils pas la Constitution, parce qu’elle permet, en maintenant l’article 2, de mettre la République sous la tutelle de la « loi légitime » ? L’opposition tolérance/intolérance devient donc un leurre sémantique qui vise à réactiver la bipolarité pouvoir/opposition. A moins que le rêve, dans le pouvoir et dans l’opposition, ne soit d’arriver à un bipartisme à l’américaine, où dans le parti du pouvoir et celui de l’opposition, on serait d’accord au nom de la tolérance, pour une République qui tourne le dos à la nation et une démocratie qui tourne le dos au progrès. La tolérance pourrait devenir le nouvel étendard de ceux qui n’ont que le profit pour idéal et en partage la peur du changement radical auquel aspire la société.


Ceux qui pensent que la charité et l’assistance peuvent faire mieux que la justice sociale prévoient que la tolérance devienne un ersatz de la laïcité. Au contraire de leurs conceptions fondées sur l’inégalité, la séparation du politique et du religieux, c’est finalement exclure les privilèges et la mise en tutelle. Dans son principe d’égalité, la laïcité lie le combat idéologique au combat social. Elle pose certes l’exigence de la neutralité religieuse, elle soutient que l’Etat n’est pas là pour dire la vérité religieuse, mais elle rappelle, en filigrane, qu’il est là pour faire respecter l’égalité entre tous et dans tous les domaines. Que ce soit au nom de dawla islamiya, de l’Islam de nos grands-parents, celui des zaouïas, ou celui que l’on voudrait professer à partir de la grande mosquée que projette de construire Bouteflika pour donner à l’Etat la primauté de la gestion du culte au nom de la lutte contre l’intégrisme, on est face à des tentatives d’instrumentaliser la religion toutes aussi inacceptables. Pour faire face à la dérive, il faut à travers un pacte, remettre l’égalité au cœur de la République. Un tel pacte inscrirait dans la Constitution la séparation du politique et du religieux, proclamerait l’égalité entre les citoyens, l’égalité entre citoyennes et les citoyens, l’égalité entre les régions. Il en finira avec les compromis déséquilibrés et instables tant au plan idéologique que politique. Un tel pacte fera la promotion de l’algérianité pour combattre les discriminations relgieuses et linguistiques.

L’auteur est membre du bureau national du MDS
Yacine Teguia


Commission Ethique / Institution / Mandat N° 4/ Chantiers

Chantiers


Documents

La laïcité en Occident

La laïcité en Orient


Retourner au contenu | Retourner au menu