Accueil - DIALOGUE & DEMOCRATIE SUISSE

Dialogue & Démocratie Suisse
Aller au contenu
Information importante
Mesdames, Messieurs, chers Amis,

Compte tenu de la crise sanitaire consécutive au Coronavirus et des recommandations du Conseil fédéral concernant les manifestations publiques, nous annulons toutes les déjeuners-débat qui étaient agendés.
Nous sommes en pensée avec celles et ceux qui ont été ou sont atteints par cette épidémie, soit personnellement soit par la perte d’un proche. Nous sommes totalement solidaires de toutes les personnes engagées dans cette crise sanitaire qui, tous les jours, exposent leurs vies pour porter secours aux autres.
Il nous reste à espérer que cette pandémie prendra fin le plus vite possible afin que nous puissions nous retrouver tous autour de nos conférenciers.
L’association Dialogue & Démocratie Suisse est suspendue jusqu’à nouvel avis. Elle reprendra ses activités dès que la situation sanitaire le permettra.

André Moser, président
Bienvenue à D&DS
Chers Amis internautes,

Nous vous souhaitons la bienvenue sur le site internet officiel de Dialogue & Démocratie Suisse et vous remercions de votre visite. Ce site reflète les activités des membres de D&DS dans les différentes commissions.
N'hésitez pas à utiliser le moteur de recherche interne du site afin d'accéder facilement aux nombreuses publications sur les sujets traités dans les ateliers.
Nous restons à votre écoute et n'hésitez pas à communiquer vos remarques, interrogations et souhaits en utilisant le lien : info@deds.ch  
Nous vous répondrons au plus vite.

Que signifie le logo de D&DS

Par sa couleur violette dans la circonférence, il représente le prologue de la constitution suisse de 1848 qui spécifie que le peuple suisse est uni par une transcendance qui érige le bien commun dans une surconcience active. Le triangle équilatéral signifie l'égalité des pouvoirs exécutifs, législatifs et judiciaires. Le petit cercle central confirme que l'altérité humaine se conjugue dans une harmonie des contraires exprimée par le Dialogue dans le Yang et la Démocratie dans le Yin reliés pour l'éternité par la lettre S qui symbolise la Sagesse. Le Blanc à l'intérieur du logo exprime la pureté des actions lorsqu'elles obéissent aux symboles décrits ci-dessus.
Qui sommes-nous ?

Dialogue & Démocratie Suisse (D&DS) est une ONG, avec un statut consultatif à l'ECOSOC, ONU (New York, Genève) depuis 2012. Elle est une association à but non lucratif et neutre sur les plans politique, philosophique et religieux.

A ce jour, existe la section centrale à Genève et la section valdo-fribourgeoise qui se réunit à Morges Toutes deux organisent des déjeuners-débats en relation avec les projets développés.
D&DS est  apolitique dans sa manière de travailler et dans la relation avec les organes politiques mais s'intéresse à la politique dans son sens étymologique (l'art d'organiser la cité)  tout en ayant aucun intérêt électoraliste.
D&DS travaille sur des sujets concrets et immédiats mais aussi sur des thèmes plus complexes qui ne porteront leurs fruits qu'à long terme.
D&DS se veut gardien des valeurs démocratiques dans le sens le plus noble.


D&DS ne prendra aucune initiative ou attitude qui pourrait donner l'image que l'on constitue un groupe d'influence partisan

Section Genève - Prochains déjeuners-débat.
Dialogue & Démocratie Suisse - Genève


Contact :  info@deds.ch

Lieu des déjeuners-débat :  6, rue de la Scie 1207 Genève dès 11h45

Les événements sont adressés aux membres de Dialogue & Démocratie Suisse, ainsi qu’aux SS et FF membres d’une Loge maçonnique. Le coût est de CHF 25.- par personne.
Nous nous réjouissons de vous compter parmi nous et vous remercions de vous inscrire
via l’adresse mail : conference@deds.ch
Soyez les bienvenus.

Saison 2019-2020

Vendredi 8 mai 2020


Magali Orsini
Ancienne député au Grand Conseil de la République et Canton de Genève

Le Bonheur Cantonal Brut (BCB)

L’idée est de mesurer le bonheur cantonal, à la manière du produit  intérieur brut, dans la loi suprême genevoise, comme l’ont fait le  Bouthan ou la Nouvelle Zélande.
Tous les deux mois depuis deux ans, un petit groupe de huit citoyens se  réunit durant deux heures. Leurs profils sont très  différents, mais ils poursuivent le même but: doter Genève d’un indice  de Bonheur cantonal brut (BCB), inscrit dans la Constitution. «Notre idée de base est de réinventer Genève ensemble, avec la  population, de comprendre l’évolution de la société, ses changements et  leurs implications pour le canton», poursuit Félix Urech. Autrement dit,  «sortir des schémas politiques et économiques actuels, auxquels les  gens ont de plus en plus de peine à s’identifier», précise Jacques Jeannerat, ancien député.
Concrètement, cinq critères de base ont été définis, que Christian  Brunier commente: «Un développement économique responsable et durable,  qui doit bénéficier à toute la population; une forte solidarité humaine,  soit une politique sociale au sens large; la sauvegarde de  l’environnement; une bonne gouvernance, démocratique, qui apporte  confiance dans le gouvernement; enfin, la promotion de la culture, de  nos racines, afin de pouvoir construire sur ce qui nous fédère plutôt  que sur ce qui nous divise.»

Source: https://www.tdg.ch/geneve/actu-genevoise/bonheur-cantonal-brut-rails/story/30230782



Vendredi 12 juin 2020



Alain Veron-Eyquem
Formation :
Frilay Paris, Ecole Centrale Paris, capacité en droit Bordeaux, ancien officier de réserve à la DRME.
      
Activités :
Ingénieur du son Decca Londres et Vienne - RTL Paris - Sté Radiall chez Edmond et Pierre Gattaz - Représentant de la Sofirad (Holding d’Etat) pour l’étranger - recapitalisation dans l’audiovisuel TV et SFP.

L'imagie Virturéelle



Alain Véron-Eyquem  
présentera son dernier livre sur la virtualité de l’image avec projections.
Le chapitre retenu portera sur les religions et plus particulièrement sur l’homme du suaire de Turin.

Je suis l'image....porteuse de magie.
Où même si l'on me nie, je suis encore un image.
Pourquoi n'avez vous de cesse de me recréer non sans arrière-pensée ?
D'où vient la fascination que j'exerce sur vous ?
De ma place dans le questionnement théologique ?
De ma place omnipotente dans le monde d'aujourd'hui ?















Section Valdo-Fribourgeoise - Prochains dîners-débat
Saison 2019-2020

En préparartion

Soyez les bienvenu(e)s.


Conférenciers
Blog
Ressentir plus que jamais la communauté de destins de toute l’humanité
Quasi-centenaire, le sociologue, éternel optimiste, envisage le confinement comme une occasion inespérée de régénérer la notion même d’humanisme, mais aussi pour chacun d’opérer un tri entre l’important et le frivole.

Confiné, il dit s’être senti «projeté psychiquement dans une communication et une communion permanentes» avec le monde auquel il reste virtuellement connecté. Lui qui a toujours vécu pleinement, dont le siècle d’existence est fait de déplacements perpétuels et d’engagements politiques et intellectuels. Né en 1921, Edgar Morin, sociologue, philosophe, «humanologue», dit-il, écrivain mondialement connu, penseur de la «complexité» à l’œuvre abondante et englobante (la Méthode est son œuvre majeure), a vécu la Résistance, traversé le XXe siècle entre émerveillement et révolte. Il revient sur ces deux folles semaines qui ont vu le monde entier touché par la propagation du coronavirus, puis basculer dans l’enfermement généralisé. Le directeur de recherche émérite au CNRS, nonagénaire quasi centenaire à l’optimisme inébranlable et au regard lumineux, voit dans ce moment d’arrêt planétaire l’opportunité d’une «crise existentielle salutaire».
Publié par Edgar Morin - Simon Blin - 18/4/2020
L’être, l’avoir et le pouvoir dans la crise
Cet important article a été rédigé par Dominique Strauss-Kahn, ancien patron du FMI, pour l’influente revue Politique Internationale qui le publiera dans son prochain numéro (numéro de printemps). Nous remercions particulièrement Patrick Wajsman qui autorise sa diffusion et Dominique Strauss-Kahn qui l’accepte au profit des lecteurs du blog du Club des juristes.
La crise sanitaire que nous vivons est différente de toutes celles que les générations précédentes ont pu connaître. Les convocations de la grande peste noire de 1348 ou de la grippe espagnole de 1918-1919 sont intéressantes en ce qu’elles nous permettent de repenser les conséquences des pandémies. Mais elles ne disent rien, pour autant, de la capacité de résilience d’une société dont l’économie est mondialement intégrée, et qui avait perdu presque toute mémoire du risque infectieux.....
Publié par Dominique Strauss-Kahn - 18/4/2020
RWANDA 1994, la face cachée du génocide ?
Le génocide des Tutsi au Rwanda en 1994 a des racines profondes dans l’histoire rwandaise.
Publié par Jean Musy - 13/12/2019
Cinq bonnes raisons de (re)lire Michelet à l'heure des «gilets jaunes»
Si l'on ose emprunter la métaphore du spectre –chère aussi bien à Jacques Derrida qu’à Karl Marx– on peut facilement percevoir qu'un spectre hante la France: celui de la Révolution de 1789. L’éclosion du mouvement dit des «gilets jaunes», la nature démocratique et fiscale de ses revendications, son langage, son lexique et ses modes d’action, sont récemment venus donner chair et sang à cet inlassable spectre. Des «cahiers de doléances» à l’appel à l’instauration d’une «Assemblée constituante», en passant par la forte présence de la notion de «peuple» dans les discours, les modalités d’organisation et les référents communs à la Révolution française et au mouvement des «gilets jaunes» sont trop nombreux pour passer inaperçus.
Publié par Nidal Taibi - 11/2/2019
Qui est Djamal Khassoghy et qui l'a assasiné ?
Dans cent ans, les historiens spécialistes du renseignement se réuniront probablement en colloque pour savoir qui a bien pu donner l'ordre d'assassiner Khasogghi, cas d'école dans le monde de l'espionnage et du complot.
On ne peut s'empêcher de penser au baron von Hartig, ambassadeur de Russie, comme son nom ne l'indique pas, mort d'une crise cardiaque en juillet 1918 dans les salons de l'Ambassade autrichienne à Sarajevo. Il était venu s'y expliquer sur ses connexions avec la Main Noire, l'organisation clandestine des services secrets serbes, accusée d'avoir armé le bras de Gavrilo Princip, l'assassin du Kronprinz Franz-Ferdinand. Parce que serbes et russes, déjà, étaient alliés.
Publié par Philippe Souaille - 21/10/2018
Mise à jour: 18.04.2020 / Visiteurs:
Retourner au contenu