Conférence de Brigitte Kehrer

Déjeuner-débat à Genève

(D&DS)

Saison 2012-2013

Vendredi 11 janvier 2013

au

6, rue de la Scie 1207 Genève

Nous aurons l’honneur de recevoir

Brigitte Kehrer

Brigitte Kehrer

Brigitte Kehrer est de nationalité française et suisse et habite à Genève. Après avoir enseigné la littérature, puis été journaliste culturelle pendant dix ans, elle s’engage dans la Croix Rouge internationale puis dans la coopération au développement, principalement en Afrique.

sur le thème

« Poudre d’Afrique. (le Mali – Tombouctou) »

11h45  Accueil

12h10 Repas

13h00 Déjeuner-débat

Débats réservés aux Francs-maçons et Franc-maçonnes

Soyez les bienvenu(e)s.

Résumé

Pendant plus de quinze ans, elle travaille ainsi notamment au Mozambique, au Mali, au Sri Lanka, en Thaïlande, au Rwanda, en Côte d’Ivoire et en Guinée- Conakry.

Confrontée aux difficultés des pays en voie de développement en sortie de crise et aux questions récurrentes de résolution de conflits et de reconstruction de la paix, elle écrit un premier livre,Rwanda, part de Dieu, part du diable, puis un second ouvrage sur le processus de réconciliation et de réhabilitation après un conflit, L’art du conflit.

Aujourd’hui, elle partage son temps entre des mandats internationaux avec les Nations Unies ou les coopérations bilatérales, comme experte en projets de reconstruction de la paix, et des mandats de médiation internationale enseignant aux nouveaux gouvernements du monde des techniques de résolution de conflits et de production de médias pour la paix.

A propos du livre


Éva vit à Paris et s’ennuie. Elle voudrait travailler pour une grande cause et s’engage dans l’humanitaire. Au Mali, elle rencontre un Touareg dont elle tombe éperdument amoureuse, puis elle le quitte. Mais le destin la rattrape à Conakry lors de sa deuxième mission en Afrique. Elle est alors confrontée aux superstitions, à la magie noire et au culte des anciens à travers la figure emblématique d’un clochard.

Sa rencontre avec les forces obscures de l’Afrique va lui permettre de vivre un profond changement intérieur et un éveil à d’autres réalités et à de nouvelles valeurs de reconnaissance de l’autre dans sa différence.

Poudre d’Afrique est une initiation à l’Afrique, un apprentissage douloureux, destiné à aller au-delà des discriminations. Éva apprend à assumer ses choix, à revisiter ses croyances et à trouver de l’humanité profonde dans ce qui nous semble si aliénant sur cet obscur continent.

« Un jour, dans les temps anciens, à l’école coranique de Tombouctou, un jeune Touarègue apprenti philosophe posa à son maître la question suivante :

– Maître Imam, pensez-vous que nous vivons tous dans le même monde ?

Catégories

Afrique athéisme AVS burkina Faso chine constitution crime culture Dieu démocratie démocratie directe Ecrivain empire femme franc-maçonnerie Grand Genève guerre informatique islamisme jean-jacques Rousseau justice laïcité livre LPP Lybie management Marquis de la Fayette mobilité OTAN paix Pompeï progrès RBI religion réfugié sociologie société Suisse terrorisme Tombouctou train URSS vivre ensemble wokisme émigration

Conférence de Christelle Girod

Déjeuner-débat à Genève

D&DS

Saison 2012-2013

Vendredi 9 février 2012

au

6, rue de la Scie 1207 Genève

Nous aurons l’honneur de recevoir

Christelle GIrod

Christelle Girod

Pédagogue diplômée, professeur de langue et de civilisation  françaises.
Présidente- Directrice de l’Alliance française de Genève. Elle y crée et dirige notamment le Centre d’ingénierie culturelle. Elle fonde en 2003, le cabinet COCREATION s.a.
En 2008, certifiée par Créa-France et l’Université Descartes-Paris  » Expert en créativité appliquée à l’innovation « .
En 2009 nommée Chevalier dans l’ordre des Palmes académiques.

 » Je me donne des règles pour être libre « 

Georges Perec

L’écriture créative … Écrire différemment

L’écriture : Pourquoi ne nous accompagnerait-elle pas pour le meilleur, pour le plaisir, pour la découverte de soi et des autres, pour approcher parfois l’art et même s’y installer. Pourrait-on reconsidérer l’écriture, non plus communément comme une terre inaccessible ou uniquement une partie récréative anodine ?
Comment déterminer les enjeux et de les mettre en relief ?
Soignons déjà notre premier outil, qui plus est, celui de tous, à l’oral comme à l’écrit : la langue.                                                               
Ce n’est pas le français qui  »  tirerait la langue « , ce sont toutes les langues et les cultures qui
seraient en danger. Agir pour la défense de sa langue et de sa culture, c’est aussi agir et reconnaître
les autres langues et cultures dans leur différence.
Aujourd’hui il est de bon ton de réclamer partout de la créativité, de postuler qu’il est urgent
de créer, de reconsidérer sans cesse les acquis, de ne pas s’endormir sur les succès. Quels efforts supplémentaires ou différents devraient être fournis, pour atteindre d’une part les jeunes (et aussi les
moins jeunes …) qui  ne comprennent pas très bien le pourquoi ni le comment de  » la défense et
illustration de la langue française « , d’autre part les seniors  qui vivent dans la peur de
l’anglais (plus exactement du globish qui est une autre histoire moins grave …)  qui ferait  » disparaître  » leur langue maternelle et de culture, et  enfin  ceux  qui pensent que la culture,  » c’est pour l’autre « ,
pour le privilégié, pour l’intellectuel ?

Réconcilier l’homme et la culture, c’est d’abord faire la démonstration qu’elle existe par
lui, pour lui et non contre lui. N’y aurait-il pas urgence de promouvoir des moyens suffisants pour décomplexer mais non pour simplifier ?
D’où viennent les souvenirs mauvais, les attentes contrariées, les croyances limitantes ?
Il est des ressentis  » de n’être pas à la hauteur par rapport aux autres « , ces autres qui se
serviraient de la culture comme d’une grille d’évaluation (par ex. les fameuses fautes
d’orthographe qui font la différence entre telle ou telle personne quant à son niveau d’études, une sorte d’ascenseur social). Certes  » bien écrire  » est souhaitable mais  » écrire  » l’est autant mais différemment.
Comment faire la démonstration que la langue est un outil qui forcément nous sert ?
Comment en cette langue, y aménager de la place pour de l’ailleurs et de l’autrement sans déclarer
la guerre aux gardiens de la grammaire, du style et des règles, qui sont les colonnes du temple ?
On ose parler (fautes ou pas) pourquoi n’ose-t-on pas toujours écrire ?  Proposons pour effectuer la transmission de ne pas toujours nous conformer au langage d’un groupe en ressassant des expressions prêtes à l’emploi, invitons les usagers du français à oser se servir librement  » dans la langue  » pour amener la rencontre avec la singularité de tous et  que des  » planches « , des écrits offrent la puissance de l’authenticité.

11h45  Accueil

12h10 Repas

13h00 Déjeuner-débat

Débats réservés aux Francs-maçons et Franc-maçonnes

Soyez les bienvenu(e)s.