Conférence de Eric MAERTENS

Déjeuner-débat à Genève

(D&DS)

Saison 2023-2024

Vendredi 8 mars 2024

au

6, rue de la Scie 1207 Genève

Nous aurons l’honneur de recevoir

Eric MAERTENS

sur le thème

DESAGUILIERS est mort ! et moi-même je ne me sens pas très bien ! : pour une rénovation de la FM ?.

11h45 Accueil

12h00 Repas

13h00 Conférence

13h30 débat

Débats réservés aux Francs-maçons et Franc-maçonnes

Soyez les bienvenu(e)s.

Inscription

    Date du dîner-débat

    Votre inscription (obligatoire)

    Votre nom (obligatoire)

    Votre prénom (obligatoire)

    Votre e-mail (obligatoire)

    Votre message

    Pour approfondir le débat

    Catégories

    Étiquettes

    Afrique athéisme AVS burkina Faso chine constitution crime culture Dieu démocratie démocratie directe Ecrivain empire femme franc-maçonnerie Grand Genève guerre informatique islamisme jean-jacques Rousseau justice laïcité livre LPP Lybie management Marquis de la Fayette mobilité OTAN paix politique progrès RBI religion réfugié sociologie société Suisse terrorisme Tombouctou train URSS vivre ensemble wokisme émigration

    Conférence de Prof. Dr. Vladimir Stosic

    Déjeuner-débat à Genève

    (D&DS)

    Saison 2023-2024

    Vendredi 10 novembre 2023

    au

    6, rue de la Scie 1207 Genève

    Nous aurons l’honneur de recevoir

    Prof. Dr. Vladimir Stosic

    Dr es Sciences – Université de Genève
    CMAS M3, PADI IDC taff inst, EFR IT #980609

    sur le thème

    La Tradition primordiale

    La définition de René Guénon n’étant que le début de la recherche. On va faire appel à plusieurs méthodes pour aborder le sujet. 

      1. Étude des mythes et légendes

    1. Textes religieux 
    2. Écoles des Mystères
    3. Approche Jungienne
    4. Approche Maçonnique
    5. Approche néolithiques et toponymique
    6. Lecture herméneutique et celle des paradigmes
    7. Révélation personnelle et les états altérés dès la conscience ou illumination. 

    11h45 Accueil

    12h00 Repas

    13h00 Conférence

    13h30 débat

    Débats réservés aux Francs-maçons et Franc-maçonnes

    Soyez les bienvenu(e)s.

    Catégories

    Étiquettes

    Afrique athéisme AVS burkina Faso chine constitution crime culture Dieu démocratie démocratie directe Ecrivain empire femme franc-maçonnerie Grand Genève guerre informatique islamisme jean-jacques Rousseau justice laïcité livre LPP Lybie management Marquis de la Fayette mobilité OTAN paix politique progrès RBI religion réfugié sociologie société Suisse terrorisme Tombouctou train URSS vivre ensemble wokisme émigration

    Conférence de André Moser

    Déjeuner-débat à Genève

    (D&DS)

    Saison 2022-2023

    Vendredi 9 décembre 2022

    au

    6, rue de la Scie 1207 Genève

    Nous aurons l’honneur de recevoir

    André Moser

    André MOSER

    Retraité, ancien ingénieur en génie-chimique, ancien Conseiller municipal, président cofondateur de Dialogue & Démocratie Suisse, président du Cercle-Condorcet-Voltaire du pays de Gex et de Genève, président des Cuisines scolaires Pâquis-Plantaporrêts, membre du Forum d’agglomération du Grand Genève.

    sur le thème

    La démocratie, la guerre et la franc-maçonnerie

    La démocratie s’appuie, dans les pays occidentaux, sur des fondamentaux solides qui ne sont nullement remis en question depuis 77 ans . En effet, les principes de liberté, égalité, fraternité, respect et solidarité restent les piliers de notre souverain bien de même que la séparation des pouvoirs tel que le voulait Montesquieu.

    Pourtant les trois quart de l’humanité vivent dans des régimes politiques autres que la démocratie et semble y trouver certains réconforts. Alors, qu’en est-il de l’évolution de l’Homme du 21ème siècle ?

    Que cherche-t-il dans la démocratie ? Qu’attend-t-il encore d’elle pour satisfaire ses besoins fondamentaux ? Doit-il faire fi des profondes mutations de notre société face aux défis gigantesques posés par la démographie, la raréfaction des matières premières, la suppression des énergie fossiles ? Enfin, nous tenterons de comprendre les processus politiques d’empires et de souveraineté des nations dans un contexte maçonnique.

    11h45  Accueil

    12h10 Repas

    13h00 Déjeuner-débat

    Débats réservés aux Francs-maçons et Franc-maçonnes

    Soyez les bienvenu(e)s.


    Pour approfondir

    Catégories

    Étiquettes

    Afrique athéisme AVS burkina Faso chine constitution crime culture Dieu démocratie démocratie directe Ecrivain empire femme franc-maçonnerie Grand Genève guerre informatique islamisme jean-jacques Rousseau justice laïcité livre LPP Lybie management Marquis de la Fayette mobilité OTAN paix politique progrès RBI religion réfugié sociologie société Suisse terrorisme Tombouctou train URSS vivre ensemble wokisme émigration

    Par DDS, il y a

    Conférence de André Moser

    Déjeuner-débat à Genève

    (D&DS)

    Saison 2019-2020

    Vendredi 11 octobre 2019

    au

    6, rue de la Scie 1207 Genève

    Nous aurons l’honneur de recevoir

    André Moser

    André MOSER

    Retraité, ancien ingénieur en génie-chimique, ancien Conseiller municipal, président cofondateur de Dialogue & Démocratie Suisse, président du Cercle-Condorcet-Voltaire du pays de Gex et de Genève, président des Cuisines scolaires Pâquis-Plantaporrêts, membre du Forum d’agglomération du Grand Genève.

    sur le thème

    Quelle franc-maçonnerie pour le 21ème siècle ?

    11h45  Accueil

    12h10 Repas

    13h00 Déjeuner-débat

    Débats réservés aux Francs-maçons et Franc-maçonnes

    Soyez les bienvenu(e)s.

    Pour approfondir

    Afrique athéisme AVS burkina Faso chine constitution crime culture Dieu démocratie démocratie directe Ecrivain empire femme franc-maçonnerie Grand Genève guerre informatique islamisme jean-jacques Rousseau justice laïcité livre LPP Lybie management Marquis de la Fayette mobilité OTAN paix politique progrès RBI religion réfugié sociologie société Suisse terrorisme Tombouctou train URSS vivre ensemble wokisme émigration

    Par DDS, il y a

    Conférence de François La Praz

    Déjeuner-débat à Genève

    (D&DS section Vaud)

    Saison 2016-2017

    Vendredi 17 mars 2017

    au

    Rue du Petit Beaulieu

    1004 Lausanne

    Nous aurons l’honneur de recevoir

    François La Praz

    François La PRAZ

    Responsable management et conseiller en ressources humaines auprès de la ville de Lausanne

    sur le thème

    La problématique en recherche d’emploi pour les quinquagénaires

    11h45  Accueil

    12h10 Repas

    13h00 Déjeuner-débat

    Débats réservés aux Francs-maçons et Franc-maçonnes

    Soyez les bienvenu(e)s.

    Pour approfondir

    Catégories

    Étiquettes

    Afrique athéisme AVS burkina Faso chine constitution crime culture Dieu démocratie démocratie directe Ecrivain empire femme franc-maçonnerie Grand Genève guerre informatique islamisme jean-jacques Rousseau justice laïcité livre LPP Lybie management Marquis de la Fayette mobilité OTAN paix politique progrès RBI religion réfugié sociologie société Suisse terrorisme Tombouctou train URSS vivre ensemble wokisme émigration


    Par DDS, il y a

    Conférence de Pierre Chastanier

    Déjeuner-débat à Genève

    (D&DS)

    Saison 2015-2016

    Vendredi 12 février 2016

    au

    6, rue de la Scie 1207 Genève

    Nous aurons l’honneur de recevoir

    Pierre Chastanier

    Pierre Chastanier

    sur le thème

    Le sens du dialogue

    11h45  Accueil

    12h10 Repas

    13h00 Déjeuner-débat

    Débats réservés aux Francs-maçons et Franc-maçonnes

    Soyez les bienvenu(e)s.

    Pour approfondir

    Afrique athéisme AVS burkina Faso chine constitution crime culture Dieu démocratie démocratie directe Ecrivain empire femme franc-maçonnerie Grand Genève guerre informatique islamisme jean-jacques Rousseau justice laïcité livre LPP Lybie management Marquis de la Fayette mobilité OTAN paix politique progrès RBI religion réfugié sociologie société Suisse terrorisme Tombouctou train URSS vivre ensemble wokisme émigration

    Par DDS, il y a

    Conférence sur la mixité

    Déjeuner-débat à Lausanne

    (D&DS)

    Saison 2015-2016

    Vendredi 25 septembre 2015

    au

    Rue du petit Beaulieu – Lausanne

    Nous aurons l’honneur de recevoir

    Jean-Michel Mascherpa

    Jean-Pierre Augier

    sur le thème

    La mixité en Franc-maçonnerie

    Document:

    La Mixité

    Ce sujet de planche mais venue à la suite des 5 minutes de symbolisme que j’avais faite sur « les Gants Blancs ».

    J’y avais abordé d’une manière anecdotique le sujet, et une idée en entrainant une autre. Je n’ais pas pu résister de vous en parler plus longuement ce soir : « La Mixité ».

    Quand la Franc-maçonnerie spéculative est apparue dans nos vertes contrés. Les Loges n’étaient constituées que de Nobles aristocrates, de gentilshommes et de bourgeois. Voir même les deux classes ne se mélangeait pas au début ou que très rarement. A cette époque, les personnes du beau sexe étaient interdites en Loge, nous privant du même coup de leur si ravissant petit minois et de leurs esprits. Comme vous le savez, ce rejet de la femme a pour support théorique les Constitutions d’Anderson de 1723 qui stipulent dans son article III :

    « Les personnes admises comme membres d’une Loge doivent être des hommes de biens et loyaux, nés libres et d’âge mûr et circonspects, ni serfs, ni femmes, ni hommes sans moralité ou conduite scandaleuse mais de bonne réputation ».

    Ainsi, les femmes sont-elles assimilées aux esclaves et aux hommes sans moralité. Elles venaient dans l’ordre hiérarchique des personnes ne pouvant postulé à être initié, qu’après les esclaves.Pour vous dire à qu’elle point, on considérait la Femme à l’époque. Elle avait moins de valeur qu’un serf enchainé.

    Les Maçons qui se disent des hommes Libres et de Bonnes Mœurs. Le sont t’ils vraiment au regard de la mixité. Je ne parlerais pour l’instant que de ces deux termes Libres et Mœurs. Pour le reste on verra après.

    Voyons pour le premier terme LIBRE.

    Au début de la Maçonnerie, comme on la vue plus haut était pratiqué par la classe dirigeante et supérieur de la société de l’époque on pouvait même y rencontrer des hommes d’églises.

    C’était encore le temps ou il n’y avait pas eu la séparation de l’église et de l’état. (Loi inspiré beaucoup plus tard par la Franc-maçonnerie, mais nous y reviendrons plus loin). Donc tout ce joli petit monde était de fervent catholique ou protestant. Tout dépendait de la religion d’état du pays où vous résidiez alors.

    Pour faire court, mesdames vous aviez à supporter encore la faute originelle d’Adam et Eve, vous incarniez la faiblesse et la tentation, presque le mal personnifié. Faute que l’église n’a eu de cesse d’alimenter en diabolisant la Femme et en supprimant les milliers d’années où la représentation des Femme était Sacralise au même titre que celles Hommes. Nous étions faits à leurs images. Et j’irais même plus loin, les premières représentations de sculpture représentant une divinité, étaient des femmes enceintes, source de vie. Alors où est la Liberté, quand on se laisse encore influencer et dicter ces conditions d’admissions par des influences judéo-chrétienne ? Maintenant voyons pour le double terme de Bonnes Mœurs.

    Vous ne trouvez pas qu’il y a contradiction, entre le fait de ne pas faire entrer des Femmes en Maçonnerie parce qu’elles représentent la tentation et le pêché originel. Et le fait des gens qui se prétendent de Bonne Mœurs. En théorie le Franc-maçon est au dessus des passions de ce monde. Il sait et il a appris à maitriser ces pulsions et ses actes. Rappel de la signification du signe d’ordre au grade d’apprentie. Y a pas comme un défaut là, entre le discourt ainsi que le serment prêté, et la réalité. Je vous laisse conclure.

    Maintenant voyons aussi d’autres termes utilisés dans le vocabulaire si important de la Franc-maçonnerie. Et que nous employons à tours de bras dans nos planches, nos discutions en Loge et qui sont inscrit dans tout les Rituels.

    Si je vous dis Egalité, cela vous parle. Alors on continu, par Fraternité, vous me suivez toujours. Bien. Alors je vous rajouterais pour faire bonne mesure l’Humilité, c’est pas mal. Je vais m’arrêter là dans mon énumération, sinon on va y passer la nuit. Mais si nous reprenons très vite ces mots, qui on l’air si simple et anodin, mais qui on une valeur inestimable. Et que nous y apposions juste une question à coté de chacun de ces termes comme :

    L’Egalité des sexes et des être humain de toute notre planète. Elle est passée où ? La Fraternité, qui veut que l’on accueille son prochain quelle qu’en soi le sexe ou religion, race, idée etc.

    Où est t’elle passé aussi ? Et l’Humilité, qui veut que l’on ne se sente pas supérieur aux autres et encore une fois quelle qu’en soi son sexe ou religion, race, idée etc. Où est t’elle passé également ? Ne sont ce que des lettres mortes tout cela ?

    Où, est-ce que comme en politique qui dit que les promesses n’engagent que celui qui les écoute.

    Mais on est forcé de constater que pour des personnages issus du siècle des Lumières, il y a certaines loupiotes qui sont restés éteintes. Alors vous me direz peut être que tout ces mots ne sont que symbolique et qu’il ne faut pas les prendre au premier degré. Moi je pense que c’est poussé le bouchon un peut loin. Alors je veux bien aussi comprendre qu’à l’époque les us et coutumes étaient comme cela soit.

    Mais où je ne me pose des questions, c’est pour notre ère Républicaine né en partie d’idée Révolutionnaire pour l’époque (et c’est le juste mot) et qui on germé au sein des Loges Maçonniques. Et que l’on retrouve gravé dans la pierre des bâtiments de la République trois des mots que j’ai cités plus haut, à savoir Liberté, Egalité, Fraternité. Et j’y reviens maintenant sur cette Loi fondamental de la république, sur la séparation de l’église et de l’état, de l’intemporel sur le temporel. Qui est une des pierres de base de nos Libertés. Cette Loi discuté et préparé dans des Loges, loin des passions politiques et partisanes, pour être ensuite, approuver et voter par une assemblée d’élu du peuple. Ce qui nous a fait passer du grade de bon pratiquant au statut de mécréant, du jour au lendemain et je vous le rappel aussi que cela nous a valu une excommunication, rien que ça. Et de voir encore aujourd’hui, des Maçons, qui se prétendent issus des mêmes Personnages Illustre du siècle des Lumières. Et qui ce revendiqué héritiers des idées, des Révolutionnaires de 1789.

    Pour en arriver au Maçons et aux Maçonnes, parce que mesdames vous n’apparaissez en Franc-maçonnerie, en France, que grâce à la Loi cité plus haut. Et vous prétendre encore, les fidèles gardiens d’une Tradition. Des Femmes et des Hommes qui disent Travailler s’en cesse à leurs améliorations avec tout ce que cela comportes, en affirmant tailler leur Pierre. Et qui cherchent la Lumière.

    J’ai l’impression moi, qu’ils n’ont toujours pas retrouvé les loupiotes qui sont restés éteintes de notre fameux siècle des Lumières. Il y a de quoi en perdre son Latin et surtout sa Foi en la Franc-maçonnerie. Mais tout ceci n’est que mon humble avis, et n’engage que moi.

    On pourrait penser qu’avec, le temps, les progrès de toutes sortes, l’avancée des femmes dans la vie publique, professionnelle et politique, que ce soi au niveau national et même mondial, durant tout le XX siècle. Que tout cela réuni, allaient enfin grandement et durablement faire bouger les choses et les mentalités. Et bien, l’Homme est allé marcher sur la lune et bientôt sur mars. On envoie des satellites aux confins de l’univers.

    Grace à l’informatique qui nous facilite la vie et améliore notre quotidien et nous donne accès à une foule d’informations. Et qui sera s’en doute le nouvel outil à rajouter à la panoplie du parfais Franc-maçon et sur nos tableau de loge un jour.

    Grace à l’internet qui nous permet de savoir en direct ce qui se passe à l’autre bout de la planète et cela s’en bouger de son salon. Et qui nous donne une ouverture à encore plus d’informations et d’échanges. Peut être aussi un jour ferons-nous aussi nos tenus grâce à une webcam. Non, cela serait trop dommage et malheureux quand même.

    En ce début de XXI siècle, qui est aussi l’aube de ce nouveau millénaire si riche en promesses et en découvertes. Il faut ce rendre à l’évidence.

    Les mentalités elle non pas évolué aussi vite que la technique. Les choses aujourd’hui on quand même heureusement un peu évoluées. Quoique, pas partout, comme on peut le voir dans la presse depuis quelque temps, et qui à fait de la Mixité en Loge son sujet d’article préféré faisant ces choux gras la dessus. Reléguant du même coup, toutes les affaires politico financière qui d’effrayait la chronique habituellement. Car je trouve dommage et dommageable, dans les Loges où la Mixité est proscrite. De ce privé de l’avis, de la réflexion, de la sensibilité, de la moitié de la population de notre planète.

    Au départ je n’avais prévus que de faire que 5 minutes de symbolisme. Mais je me suis laissé emporter par ce sujet et je pourrais même dire sans exagération cette Cause. Mais heureusement, chez nous au Groupement Maçonnique de Loges Mixtes et Indépendants, nous n’avons pas ce problème sur la Mixité et c’est tant mieux.

    Qu’elle bonheur pour moi d’être né dans cette Loge. Qu’elle chance, car comme dans le dit Maxime Le Forestier dans sa chanson :

    « On ne choisit pas ses Parents, on ne choisit pas sa Famille. Etre né quelque part, c’est toujours un hasard ».

    Et pour moi qui considère cette Loge comme une deuxième famille. Le hasard à bien fait les choses.

    Par W\L\

    Source : l’édifice

    Pour approfondir

    Afrique athéisme AVS burkina Faso chine constitution crime culture Dieu démocratie démocratie directe Ecrivain empire femme franc-maçonnerie Grand Genève guerre informatique islamisme jean-jacques Rousseau justice laïcité livre LPP Lybie management Marquis de la Fayette mobilité OTAN paix politique progrès RBI religion réfugié sociologie société Suisse terrorisme Tombouctou train URSS vivre ensemble wokisme émigration


    Par DDS, il y a

    Conférence de Alain Marti

    Déjeuner-débat à Genève

    (D&DS)

    Saison 2022-2023

    Vendredi 12 juin 2015

    au

    6, rue de la Scie 1207 Genève

    Nous aurons l’honneur de recevoir

    Alain Marti

    Alain Marti

    Commémoration des 300 ans de la Franc-maçonnerie moderne

    Déclaration

    A l’occasion du troisième centenaire de la Franc Maçonnerie, les obédiences actives en Suisse formulent la déclaration suivante.


    La Franc-Maçonnerie dite spéculative a été formellement créée à Londres en 1717, par la réunion de diverses loges actives à Londres et à Westminster en une grande loge. Elle existait toutefois depuis un temps indéfini dans plusieurs pays, notamment en Ecosse. Elle est issue de l’admission dans des corporations de métier de personnes qui n’exerçaient pas effectivement lesdits métiers. Les loges sont devenues la réunion de personnes qui se regroupaient pour avoir un lieu d’échange sur les questions fondamentales de la vie.
    La Franc-Maçonnerie est l’héritière des corporation qui l’ont précédée et dont elle a repris les usages et les rituels.
    La Franc Maçonnerie transmet une tradition exprimée dans des symboles. Leur interprétation est laissée à l’appréciation de chacun de ses membres. Il règne partant la plus absolue liberté de penser au sein des loges.
    La Franc Maçonnerie a recueilli des traditions diverses, parmi lesquelles on citera notamment la Gnose, la Kabbale, l’Alchimie, qui sont sous-jacentes dans la symbolique maçonnique.
    La formation du franc maçon est assurée par des séances d’instruction, au cours desquels on lui propose des exemples d’interprétation des symboles.
    Le but de la Franc Maçonnerie est d’élever l’esprit de ses membres, de les détacher de leurs préoccupations journalières et de les amener à une réflexion et à un effort sur eux-mêmes sur eux-mêmes pour les rendre meilleurs et les libérer de tout préjugé. Par ce biais, elle espère offrir à la société des modèles de comportement juste et généreux, afin d’améliorer la société par la vertu entraînante de l’exemple. Elle essaye de propager l’égalité des humains, le respect de chacun, la liberté d’opinion et la pratique des devoirs qu’impose la vie en société.

    11h45  Accueil

    12h10 Repas

    13h00 Déjeuner-débat

    Débats réservés aux Francs-maçons et Franc-maçonnes

    Soyez les bienvenu(e)s.

    Pour approfondir

    Catégories

    Étiquettes

    Afrique athéisme AVS burkina Faso chine constitution crime culture Dieu démocratie démocratie directe Ecrivain empire femme franc-maçonnerie Grand Genève guerre informatique islamisme jean-jacques Rousseau justice laïcité livre LPP Lybie management Marquis de la Fayette mobilité OTAN paix politique progrès RBI religion réfugié sociologie société Suisse terrorisme Tombouctou train URSS vivre ensemble wokisme émigration

    Par DDS, il y a

    Conférence de Abdelhac Bedgi

    Déjeuner-débat à Genève

    (D&DS)

    Saison 2014-2015

    Vendredi 10 octobre 2014

    au

    6, rue de la Scie 1207 Genève

    Nous aurons l’honneur de recevoir

    Abdelhac BEDGI

    sur le thème

    La Tunisie a-t-elle une nouvelle voie ?

    La révolution tunisienne

    Je me permets de vous rappeler le cinquième principe de l’Alpina :

    « Le Franc-Maçon suisse est fidèlement et entièrement dévoué à sa patrie. Il reconnaît comme un devoir sacré de défendre les libertés et l’indépendance de son pays ainsi que de contribuer à maintenir la paix intérieure.
    Fidèle à la Tradition de l’Ordre, il s’emploie à faire respecter les droits de l’homme.
    Chaque Maçon, en tant que citoyen, est moralement tenu, pour affirmer ses principes maçonniques, de s’intéresser aux affaires publiques. Il agit, selon ses convictions, pour le bien de la patrie. »
    Nanti de deux nationalités, je vais vous parler de CETTE NOUVELLE TUNISIE, SA SITUATION ACTUELLE, COMMENT SE PRESENTE-T-ELLE ?
    Les journaux ont donné beaucoup de détails sur les évènements en Tunisie et actuellement au moyen Orient sous le titre « De Printemps Arabe ». M’éloignant des évènements du quotidien, je tiens à vous rappeler que les opposants ayant vécu 10 à 20 ans d’exil en pays démocratiques sont de retour, leurs concepts se sont modifiés, dans un sens de pluralité, l’exil a fait mûrir les esprits, et toutes ces personnalités de différentes obédiences idéologiques se connaissent. Ils sont revenus au pays avec une première détermination, ne pas se faire confisquer cette liberté acquise par le sang du peuple dépossédé de son pays. Le soulèvement, remontant du Sud tunisien, fut attaqué et aggravé par une milice sniper engagé par Ben Ali escorté de voyous soudoyés, libérés des prisons pour accomplir des pillages. Vu l’antériorité de certains soulèvements écrasés par les armes, tous les Tunisiens étaient conscients d’un état de fait qui se déclenchera à une date imprévisible.
    Plusieurs pays, sans les nommer, n’ont pu saisir le présent qui leur a échappé. Ils soutenaient à juste titre les dictatures, muraille protectrice contre un flux migratoire et le fanatisme religieux islamique, au détriment des Droits de l’Homme. Sans saisir la rapidité du temps, ils ont été confrontés aux contradictions de leurs stratégies. Ils concevaient la recherche d’une stabilité par l’oppression sous couvert d’un semblant démocratique. Cette logique politique à leurs yeux est compatible, car la stabilité du pays sous-développé passe par un totalitarisme emmiellé. Du moins, tolèrent-ils un sens d’ouverture qui leur soit profitable, autrement dit, l’aménagement des régimes et non le changement de régime ? Ils objectent toute liberté par peur qu’elle entraîne un bouleversement politique désavantageux à leur égard. Pire encore, ces puissances, ayant semé des dictatures dans le monde entier, prétendent enseigner ce qu’est la démocratie.
    En Suisse comme dans le reste des pays d’Europe, la liberté et la démocratie font partie du lot quotidien. Leur valeur m’a fait ressentir une émotion bien différente à celle que je possède, ici par accoutumance. Bien que je retourne régulièrement sur le sol natal, en remet-tant mes pieds au mois de janvier, j’ai perçu comme une nouvelle renaissance qui jaillissait de mon cœur. Cette nouvelle Tunisie est, depuis quelques semaines, en pleine lumière, sous le regard étonné et parfois admiratif du monde des médias. Tous les projecteurs sont braqués sur elle, l’information, dans sa rapidité, voire dans son instantanéité, s’est débâillonnée des censures et de la langue de bois.
    Le mur de la peur n’est plus le rempart infranchissable, il a été bravé puis abattu. Il y a eu une révolte avant tout pour le respect, la dignité de l’individu, le désir d’être entendu, d’être traité correctement. Une poussé, un mouvement ultime séculaire a abattu « LE DICTATEUR ». Loin des militants du moment qui ont pour souci primordial leurs idéaux, la jeunesse a com-pris qu’elle devra se croiser, sans se combattre. L’étau, je le souhaite, sera certainement desserré. Tout retour à un régime autoritaire, quel qu’il soit, ne sera plus acceptable. Les Tunisiens dans leurs diversités et individualisme ne le permettront plus. Ils veulent aller plus loin, abattre les enceintes privilégiées, faire table rase de ses structures avilissantes, éloigner ceux et celles qui ont accepté cette dictature, écarter les Cassandre.
    Le geste de Bouazizi a donné le départ de la première révolution civique et civilisée de l’histoire humaine. Il n’avait pas brandi une arme contre ses ennemis, il ne s’est pas fait exploser au milieu d’une foule de gens pour les emmener dans l’au-delà avec lui. Non, rien de tout cela ! Il s’est juste contenté de mettre fin à sa vie en s’immolant par le feu le 17 décembre 2010. Il restera à jamais le symbole d’une Révolution tunisienne éclairée, courageuse, historique et inédite. La révolution de tout un peuple stupéfiant tous les pays qui ne s’attendaient guère à un tel éveil et encore moins dans un pays hautement pacifiste. Une révolution sans commune mesure avec les précédents mouvements sociaux contestataires. Il a soudé et solidarisé le peuple par une force inexistante auparavant. Tout en restant téméraire, ce peuple est resté pondéré. Il a donné une image de souplesse, d’adaptation et de sagesse qui poussent au dépassement. Toutefois, non loin de ce comportement, il faut mal-heureusement déplorer quelques règlements de comptes inévitables. Il est certain qu’un nouvel ordre social, intellectuel, moral, esthétique émergera et transcrira les premières nouvelles pages de sa révolution.
    Une dictature qui se croyait et que l’on croyait solidement installée a été abattue en moins d’un mois. Ce qui vient de s’accomplir sous nos yeux a été réalisé à mains nues, c’est ce que l’on a appelé « LA RÉVOLUTION DU JASMIN » qui n’en est pas une et je lui préfère « LA RÉVOLUTION CITOYENNE » basée sur la recherche de la dignité, de la justice et de la liberté. Une partie dé-terminée de la jeunesse s’est soulevée spontanément, sans être encadrée par un chef, ni une organisation ou un parti. Elle a payé sa victoire par le sang, au prix à ce jour de 175 morts et deux fois plus de blessés atteints par balles tirées par les milices du Président déchu incarnant un régime liberticide et corrompu. Je vous rends attentif mes FF, l’événement que l’on a eu sous les yeux est une révolution, une vraie, pour ne pas dire un soulèvement. Même s’il y a eu, ici et là du feu et du sang, c’est une révolution pacifique, peu violente en comparaison aux révolutions classiques (repensons au sanguinaire Kadhafi et d’autres). Une révolution de la société civile et non de révolutionnaires enflammés, sans le moindre agenda politique radical. C’est un mélange d’idéalisme et de nationalisme, une affirmation du sens de la communauté et de la fraternité. Depuis le 14 janvier, ceux, qui se sont soulevés à partir du 17 décembre 2010 partant de Sidi Bouzide, savent que leur mission n’est pas terminée.
    À son sujet, les paroles de tout homme politique trouveront des échos démesurés dans le monde démagogique, avec diverses interprétations. Comme j’espère que les lynchages médiatiques mal intentionnés, frôlant l’indécence, ne soient pas un genre de vérité populiste. On parle facilement d’invasion d’émigrés et du religieux, un lai motif savamment manipulé et inculqué par les dictateurs puis repris par des partis aux yeux éteints voulant revenir à l’âge de pierre.
    La liberté d’expression qui n’a jamais existé depuis, plus de 130 ans, soit du 12 mai 1881 avec la signature du traité du Bardo au 14 janvier 2011 avec la fuite de Ben Ali, en réalité, elle n’a jamais était connu, et ce qu’elle veut dire exactement. Cinq à six générations successives ont subi depuis la colonisation jusqu’à ce jour l’oppression politique, l’exploitation économique et la misère sociale. Après tout cela, les Tunisiennes et Tunisiens s’en donnent à cœur joie, afin de s’assurer que tout cela n’est pas un trou dans l’eau. À charge pour nous, de ne pas se vanter d’avoir inventé l’eau chaude et pour eux de maintenir le cap, de ne pas se méprendre, de ne pas défoncer des portes ouvertes. Un nouvel ordre politique, une nouvelle constitution, une nouvelle déclaration des droits et des libertés feront avancer les choses. Après un colonialisme dénigrant et une dictature discréditant la personne humaine, le peuple vit sa deuxième indépendance. Elle ne doit pas devenir le prétexte à tous les « forcings », à tous les dépassements, à tous les abus, tout en gardant le sens des proportions sans les perdre, ni cédé aux illusions d’optiques, ni se tromper sur les rapports de force. Sa nouvelle liberté doit être l’écho d’une nation démocratique reconnue selon ses critères et ses valeurs culturelles. Il faut aider et préserver ce peuple des égarements et de se retenir de répondre à chaque aléa, sinon un risque court et transformera cette révolution en un événement cruel.
    Comme vous l’eussiez constaté, le citoyen spectateur des situations antérieures a cédé sa place au citoyen acteur et s’est insurgé face aux obscénités révoltantes d’un dirigeant mégalomane. Les révolutions ont toujours un côté sombre, l’esprit actuel du peuple est de voir clair en l’aidant à y voir plus clair. Le pouvoir souhaité doit être légitimé dans sa cohésion, dans son partage sans avantager ni une région ni une famille.
    Une mise en place des commissions de surveillance, d’un contre-pouvoir ont pris leurs as-sises. Les mains qui mettront les bulletins dans les urnes seront accompagnées du cœur, de la mémoire et de l’histoire. Il se dégagera alors un consensus s’ordonnant dans le cadre d’un État séculier démocratique, avec un islam tolérant moderne tel qu’il le fut du VIII au XVII siècle, je l’espère. Sous nos yeux, cette première ébauche d’une démocratie naissante, non importée, dans le monde tunisien n’est plus un rêve. Il devient un rêve arabe qui se réalise et bouleversera les données géopolitiques méditerranéennes assez lentement malheureuse-ment. Il faut digérer tout cela.
    Je désire terminer par ce qui suit, pour nous FM, de quelles manières entrevoir le volet humanitaire vis-à-vis de ces crises, le chômage, le mal-être des jeunes et sa démesure, le manque de sécurité, la lente progression du racisme, le discrédit généralisé du personnel politique (honnêteté, confiance et responsabilité) le libéralisme abattu par son arrogance. Premièrement présageons nos réflexions, à tous ces problèmes (le droit à la souveraineté, le droit d’ingérence et sa Loi sur les droits pour la protection des personnes mises en danger, les méfaits politiques et les perturbations naturelles). – Secundo, modernisons les vieilles démocraties tronquées et faisons face aux aspirations naissantes des nouvelles revendications de libertés politiques de pensées et d’expressions. Puisqu’il semble qu’aucune solution n’ait été proposée à ce jour, une place merveilleuse nous est offerte sans la laisser tomber entre des mains d’opiniâtres énergumènes. Nos esprits non embourbés dans un ego passionnel, nous permettrons de relever le défi, de régénérer une démocratie plus réelle, en propageant nos points de vue calqués sur nos principes et les confronter aux meilleurs pour une décence des attitudes, des mœurs, de l’agrément honnête de l’esprit attirant le respect de tout le monde.


    Abdelhac BEGDI

    11h45  Accueil

    12h10 Repas

    13h00 Déjeuner-débat

    Débats réservés aux Francs-maçons et Franc-maçonnes

    Soyez les bienvenu(e)s.

    Pour approfondir

    Afrique athéisme AVS burkina Faso chine constitution crime culture Dieu démocratie démocratie directe Ecrivain empire femme franc-maçonnerie Grand Genève guerre informatique islamisme jean-jacques Rousseau justice laïcité livre LPP Lybie management Marquis de la Fayette mobilité OTAN paix politique progrès RBI religion réfugié sociologie société Suisse terrorisme Tombouctou train URSS vivre ensemble wokisme émigration

    Conférence de Didier Doucet

    Déjeuner-débat à Genève

    (D&DS)

    Saison 2013-2014

    Vendredi 14 février 2014

    au

    6, rue de la Scie 1207 Genève

    Nous aurons l’honneur de recevoir

    Didier Doucet

    Didier Doucet

    Ancien élève de l’Institut d’études politiques de Paris, Diplômé de l’Institut des Hautes études internationales, Diplômé d’Études Supérieures de Droit Public, Licencié ès Lettres

    sur le thème

    L’Afrique à l’heure de la mondialisation

    Ancien membre de cabinets ministériels, puis directeur de cabinet de Pierre Bas, député-maire du 6e arrondissement de Paris, Didier Doucet a été adjoint du directeur de cabinet de Commissaire Général du Plan, Chargé de mission au ministère des Affaires étrangères. Conseiller au Haut Conseil de la Coopération Internationale, membre de la section des relations extérieures du Conseil Économique et Social, « Conseiller spécial » de Jean-Michel Quillardet, Grand Maître du Grand Orient de France.
    Professeur à l’institut d’Etudes Européennes et Expert auprès de l’ONU, il est aussi président du Cercle Valeurs et Humanisme. Didier Doucet est l’auteur du livre d’économie et de géo-statégie, « l’élargissement de l’Europe : un risque pour le Sud? » (Éditions l’Harmattan – 2001) et du Best seller  » 3 points, c’est tout » (Editions du Valleroy – 2011)

    11h45  Accueil

    12h10 Repas

    13h00 Déjeuner-débat

    Débats réservés aux Francs-maçons et Franc-maçonnes

    Soyez les bienvenu(e)s.

    dds_afrique-mondialeisation

    Pour approfondir

    Afrique athéisme AVS burkina Faso chine constitution crime culture Dieu démocratie démocratie directe Ecrivain empire femme franc-maçonnerie Grand Genève guerre informatique islamisme jean-jacques Rousseau justice laïcité livre LPP Lybie management Marquis de la Fayette mobilité OTAN paix politique progrès RBI religion réfugié sociologie société Suisse terrorisme Tombouctou train URSS vivre ensemble wokisme émigration